Salon du luxe

La première édition du salon du luxe a eu lieu les 9 et 10 juillet dernier à Paris. Je me suis rendue à la Maison de Chimie afin de participer à cet événement placé sous le signe de l’innovation. Pour une fois je ne vous parlerai pas d’un joaillier en particulier, mais mon retour sur ce salon vous sera surement utile si vous vous intéressez au luxe. Avec ma formation dans ce secteur et de par mon métier dans le digital, j’y ai participé avec un grand plaisir.

Ce salon multisectoriel a essayé de répondre à la question comment rénover et innover dans le digital et dans le luxe. Le secteur du luxe doit s’adapter aux nouvelles pratiques car aujourd’hui le digital fait partie intégrante de la stratégie médias. Bien que les grandes maisons du luxe refusent toujours à vendre en ligne, presque 800 décideurs du secteur ont répondu présent et ont essayé d’apporter les clés afin de trouver la bonne réponse. Échanger de bonnes pratiques ou des idées pendant ces deux journées de conférences avec des intervenants de qualité a été une expérience très enrichissante.

En France, «luxe» rime avec «tradition», «savoir-faire», «rêve» et «élégance». Au Moyen-Orient, «luxe» rime avec «créativité», «audace», «jamais vu» et «haute technologie». La transformation digitale pour les grands s'opèrent au fur à mesure, car la tendance est omini-canal c'est-à-dire un fonctionnement global où le digital serait intégré à tous les niveaux. L'authenticité est aussi un vecteur d'innovation. En parlant d’innovation, il est nécessaire de penser aux matériaux ou au design, mais aussi comment exporter le luxe ailleurs et innover en Chine ou dans les pays du Golfe. Les marques de luxe ne doivent pas toujours être à la pointe de la tendance car l'une de leurs forces est la tradition. Quels objets peuvent porter l'innovation comme par ex. la personnalisation d'une bague proposée par le joaillier Fred ou Poiray. Mais s'il n'y a pas de tradition il n'y aura pas de futur alors pas d'innovation.

© Salon du luxe

© Salon du luxe

Selon Jean-Claude Biver, pour réussir dans le luxe il faut être premier, diffèrent et unique.Le digital est aussi un passage obligé pour séduire la génération Y qui « veut tout de suite » et qui est une cible importante pour les marques de luxe. Adapter le discours et le contenu qui véhicule les valeurs de la marque à cette catégorie qui n'a pas toujours les moyens de s'offrir des produits de luxe est indispensable en 2015.

J'ai beaucoup aimé l'intervention des nouveaux influenceurs. Ces prescripteurs d'aujourd'hui ont parlé de leur expérience digital et ont tous souligné leur passion et envie de partager comme des ingrédients nécessaires au succès.

Everything you can imagine is real

Pablo Picasso

Les interventions de deux cadres de Boucheron ont retenu aussi mon attention. Tout d'abord Francis Srun, directeur général d’ Asie Pacifique a donné une conférence sur « Comment vendre le luxe ? ». Passionné par le luxe et la vente, il est également co-auteur du livre « Vendre le luxe » aux éditions Eyrolles. A travers ses expériences dans le retail en joaillerie et horlogerie, il nous a expliqué la relation avec le client qui a ses désirs et ses peurs. Pour vendre il faut de la bienveillance, la gentillesse et la générosité du conseiller de vente. La pédagogie est fortement indispensable car plus le client comprend la marque, plus il aime le
produit. Le client voit le prix comme un échange et le prix n'est pas un problème en soit. Avant tout, il faut aider le client à trouver son bonheur et l'intéresser d'une façon intelligente.

Salon du luxe © Bliss from Paris

Salon du luxe © Bliss from Paris

Ensuite Bernard Hosch, directeur des systèmes d'information chez Boucheron a donné une conférence sur : « CRM et gestion de la timeline brand&client ». Les objectifs du service client chez ce joaillier de la place Vendôme sont les suivants : trouver, attirer, conserver et servir les clients dans un environnement mondial. D'abord il est nécessaire d'obtenir les informations client et de connaître les besoins du client. Ensuite, il faut une communication adaptée et personnalisée afin de le fidéliser quelques soient la boutique, le lieu et le moment. Grâce au suivi personnalisé mondial, Boucheron peut maintenir un lien avec son client régulièrement à travers le temps et les régions. Enregistrer et obtenir rapidement les informations assurent une communication régulière et fidèle. Les outils nécessaires pour le bon fonctionnement du service client mis à la disposition des conseillers de vente sont avant tout : une base de données centralisée mondial, my palace service (consolidation des informations clients) et CRM guideline. Ces outils informatiques sont un support et une mémoire, mais en aucun cas ils ne remplacent la relation client

Salon du luxe © Bliss from Paris

Salon du luxe © Bliss from Paris

Pour finir, j’ai trouvé ce salon très intéressant par la qualité des intervenants et les sujets traités pendant ces 2 jours dans la capitale de luxe. Je le recommande et j’y
reviendrai surement l’année prochaine pour sa 2éme édition.

Bliss from Paris

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article